chezmonveto

Nos conseils

Imprimer
chezmonveto

picto Les implants oculaires


Les implants oculaires

Les implants oculaires

 

Dans le domaine de l’ophtalmologie équine, les progrès sont constants et les techniques sont inspirées de celles qui sont en vigueur en médecine humaine.  Une nouvelle méthode de traitement de l’uvéite récurrente équine consiste ainsi en un implant chirurgical de cyclosporine A.

 

 Quelles sont les indications des implants oculaires ?

 

 La principale indication de la pose d’un implant oculaire chez le cheval est la présence d’une maladie appelée uvéite récurrente équine.

Il s’agit d’une maladie d’origine immunitaire qui est une des principales causes de perte de vision chez le cheval.

Le diagnostic de cette affection est doublement important, d’une part sur un plan médical mais aussi car cette affection est inscrite dans la liste des vices rédhibitoires du cheval sous le vocable d’uvéite isolée ou encore anciennement fluxion périodique ou « moon blindness » en anglais.

Le diagnostic précoce de cette maladie est important car dès lors que les crises récidivent deux ou trois fois, un traitement chirurgical adapté est conseillé.

Plusieurs techniques sont possibles et se raisonnent en fonction de différents critères : œil visuel ou non, présence de complications, type d’uvéite…

La pose d’un implant de cyclosporine A est une des modalités de traitement envisageable, notamment lorsque l’uvéite est antérieure.

 

Quelles sont les propriétés d’un tel implant ?

L’intérêt des implants de ciclosporine lors d’uvéite récurrente équine a été évalué à travers différentes études.

Lors d’uvéite, la réponse inflammatoire est entretenue par la présence de cellules immunitaires appelées lymphocytes T qui peuvent franchir la barrière hémato-oculaire car elle est rompue lors de crise d’uvéite.

La cyclosporine A est une molécule immunosuppressive qui est intéressante car elle agit sur les lymphocytes T en empêchant leur activation.

L’implant de cyclosporine est notamment intéressant pour les chevaux de sport car il n’est pas considéré comme dopant et peut donc leur permettre de poursuivre la compétition.

 

Comment se met en place l’implant de cyclosporine A ?

La pose se fait chirurgicalement, sur un cheval tranquillisé et couché.

Cette chirurgie est jugée peu invasive mais elle doit toujours se faire sur des yeux calmes et jamais en urgence. 

L’administration préalable d’anti-inflammatoires permet de juguler l’inflammation oculaire. 

Les chevaux opérés doivent ensuite subir une phase de convalescence d’environ 45 jours au cours de laquelle la concentration de cyclosporine au niveau de l’œil va augmenter, suite à sa délivrance par l’implant. La durée d’action des implants est de 3 ans.

 

Quels sont les résultats obtenus ?

Les études ont validé l’efficacité de l’implant avec un maintien de la vue chez une majorité de chevaux opérés, des récidives de crises nettement diminuées et qui répondent mieux et plus vite au traitement.

Les résultats sont meilleurs lorsque la chirurgie est effectuée tôt, après 2 à 3 crises seulement.

La réussite du traitement est conditionnée dans tous les cas par la mise en place en parallèle de mesures hygiéniques, la chirurgie ne permettant pas de gérer les effets de l’environnement. Les chevaux opérés doivent donc faire l’objet de mesures de prévention vis-à-vis de l’uvéite comme la protection vis-à-vis du soleil, des mouches (port de flymask anti-UV) et des poussières, l’absence de sortie au pré ou en paddock, etc.

 

Auteur : Dr Maud Lafon  

Rédigé le : 1/12/15

Source : Manuel Vétérinaire Merck – A. Giga, DG. Allen, GC Althouse, TR Ames