chezmonveto

Nos conseils

Imprimer
chezmonveto

picto Gestion d’une forme particulière de tumeurs cutanées : les sarcoïdes


Qu’est-ce qu’un sarcoïde ?

Le sarcoïde est une forme particulière de tumeur cutanée qui se présente sous forme d’éléments polymorphes de taille variable, en nombre limité, à localisations multiples et qui touchent des chevaux de tous âges.

C’est la tumeur cutanée la plus fréquente chez le cheval. Elle est bénigne mais le sarcoïde peut être problématique en fonction de sa localisation et de la gêne occasionnée au cheval.

A priori les sarcoïdes ne sont pas contagieux. Ils ne métastasent généralement pas, en liaison avec leur caractère bénin, mais récidivent très fréquemment si on les enlève chirurgicalement.

De ce fait, les sarcoïdes sont difficiles à traiter.

On distingue le sarcoïde des autres types de tumeurs cutanées et notamment les papillomes qui sont plus petits et qui généralement régressent spontanément.

 

Comment se présente-t-il ?

Le diamètre des sarcoïdes peut varier de moins de 1 cm à plus de 20.

Leur nombre et leur taille augmente généralement avec l’âge du cheval.

Leur aspect est variable : nodulaire, en plage, unique, nombreuses, localisées, disséminées…

Les sarcoïdes ont généralement des localisations typiques : sous la queue, dans la zone du périnée, la région périanale, sur la face et le pourtour des paupières, les membres, la face ventrale de l’abdomen…

En fonction de leur localisation, les tumeurs peuvent être plus ou moins invalidante pour l’équidé, voire même entraver son utilisation si elles sont situées sur la tête, le dos ou le passage de sangle.

 

Quels sont les facteurs de risque ?

Tous les chevaux ne sont pas égaux devant ces tumeurs qui touchent préférentiellement les individus âgés (dans plus de 80 % des cas les équidés ont plus de 15 ans) et ceux à robe grise et peu pigmentée, certaines races (arabe, Camargue, percheron…) étant donc plus susceptibles d’être atteintes.

Les chevaux gris pommelés qui se dépigmentent progressivement avec l’âge constituent une population à risque.

Toutefois, les chevaux jeunes peuvent également être touchés et dans ce cas, les sarcoïdes siègent plus volontiers dans des localisations inhabituelles (membres, encolure, tête).

 

Comment gérer un sarcoïde ?

Le traitement d’un sarcoïde n’est pas systématique, notamment celui de certaines formes frustes. Dans ce cas, il faut proscrire la biopsie et éviter tout traumatisme sur la lésion qui risquerait de la faire évoluer plus rapidement.

Dans les autres cas, des solutions thérapeutiques existent et se raisonnent au cas par cas.

 

Quels sont les traitements disponibles ?

 Parmi les options thérapeutiques usuelles figurent : l’enlèvement chirurgical (avec au moins 2 cm de marge) ; la destruction physique par cryothérapie (application de froid), chimiothérapie, utilisation d’agents caustiques ou cautérisation (chaleur) ; l’immunothérapie locale par injection de BCG (proscrit sur les membres en raison des risques d’oedèmes) ou générale par vaccination contre les antigènes tumoraux ; et enfin la chimiothérapie intralésionelle en laissant in situ un agent efficace contre la tumeur tel que le cisplatine adjoint à l’huile de sésame pour assurer la persistance locale du produit.